Chercher sur notre site
Chercher


Lire le Gros Livre et les Douze et Douze

Transcription d’un extrait : Enregistrement de Bill W. sur le « Règlement No 62 » et le « Groupe Middleton »

Enregistré en 1948

… Laissez-moi vous raconter l’histoire d’un groupe qui a décidé de combiner la recherche, l’éducation, le rétablissement et une bonne action. Il s’agit d’un groupe de Charleston, Virginie-Occidentale, qui n’aura pas d’objection, car une personne de ce groupe a un divin sens de l’humour et… euh… ils ont écrit au bureau pour dire qu’ils mettaient sur pied une de ces fondations tout usage et qu’ils avaient économisé de l’argent pour acheter un grand édifice pour y installer un club, un hôpital et un centre de rétablissement et qu’ils allaient faire de l’éducation, de la recherche et qu’ils allaient occuper le terrain. Qu’en pensions-nous? Vous savez qu’à New York nous sommes sur la corde raide et nous avons donc répondu que cela ne ressemblait en rien à l’expérience de la majorité et qu’il nous était déjà arrivé de songer nous-mêmes à faire ces choses, mais que nous avions changé d’idée et que cette décision leur appartenait. Ils ont donc décidé et nous ont répondu que les choses étaient différentes en Virginie et qu’ils en étaient venus à la conclusion qu’ils allaient créer cette fondation tout usage pour répondre au problème tout entier. Ils ont donc obtenu de l’argent et ont acquis un édifice et ont tenu toutes ces activités dans le même édifice. Pour s’assurer du bon fonctionnement, ils ont aussi écrit des statuts et voulaient que j’y appose mon sceau, en d’autres termes, que je donne mon approbation. J’ai bien sûr refusé de le faire. Après un certain temps, nous avons commencé à recevoir des lettres assez désespérées de Charleston. Il semblait que de nombreuses factions se soient manifestées et que cela avait créé des remous, un terrible gâchis et beaucoup de difficultés. Il en est pourtant sorti une perle de sagesse. L’homme qui avait lancé ce projet, ce leader inspiré, avait un sens de l’humour inhabituel, même chez les AA. Vous savez que nous, les alcooliques, avons un grand sens de l’humour, mais que c’est habituellement aux dépens des autres. Mais, cet homme riait de lui-même. Il a donc pris une carte d’à peu près ce format, il l’a pliée en deux pour qu’elle entre dans une enveloppe et il y avait imprimé quelques phrases. Il en a envoyé un exemplaire à tous les groupes des AA d’Amérique et quand vous la sortez de l’enveloppe, vous voyez sur l’extérieur de la carte « Règlement No 62 du Groupe des AA de Charleston » — cela laisse entendre qu’il y avait 61 autres règlements que celui-ci était le No 62. Curieux de voir ce règlement, vous dépliez la carte et vous pouvez y lire une seule phrase « De grâce, ne vous prenez pas tant au sérieux! » Cela mit fin à l’histoire de la fondation tout usage et a marqué le retour du groupe dans l’orthodoxie des AA. En conclusion, je crois que chaque groupe des Alcooliques anonymes devrait être une entité spirituelle qui n’a qu’un seul but premier, soit transmettre son message à l’alcoolique qui souffre encore.

 
Archives du BSG, 2010