1965

Se joignent au mouvement…
Les Alcooliques anonymes entament leur quatrième décennie sur une base solide, recueillant partout le respect. Au cours des 20 prochaines années, la coopération et le parrainage entre pays où le mouvement est actif continueront de croître, les congrès internationaux de l'association se développeront, tant par la taille que par l'esprit, et le langage du cœur se parlera dans au moins 40 langues différentes.
Plus de dix mille personnes à Toronto
En juillet 1965, plus de 10 000 membres du monde entier se réunissent à Toronto pour le Congrès international du 30e anniversaire. Au programme, quelque 250 membres des AA, Al-Anon et Alateen ainsi que 24 non-alcooliques, sommités mondiales en matière d'alcoolisme, donnent des conférences devant 69 salles combles. À la fin du congrès, à l'invitation de Bill et de Lois, les participants se prennent la main et récitent la nouvelle Déclaration de responsabilité. À droite, le programme et l'album souvenir.
Les débuts en Bolivie
Même si un groupe de La Paz, en Bolivie, est déjà répertorié au BSG en 1965, on connaît mal ses origines. Par contre, on connaît mieux les deux hommes qui sont considérés comme les pionniers du mouvement en Bolivie. Oscar G. et Jorge L. se rencontrent en 1971 à Santa Cruz. Trois ans plus tard, Oscar devient un Isolé, alors que Jorge part travailler à La Paz, où il forme avec une femme, Dorita, un tout nouveau groupe, plantant ainsi la semence de futurs départs à Cochabamba et, ensuite, à nouveau à Santa Cruz. En 1987, Cochabamba accueillera la première réunion nationale de membres de toute la Bolivie.

1966

Trois départs en Équateur
Des médecins de la ville de Cueca, en Équateur, qui ont observé des groupes AA dans la Colombie voisine, jouent un rôle clé dans le démarrage d'un groupe local : le Grupo Alianza Amiga, répertorié au BSG de New York en mars 1966. Le deuxième groupe connu prend forme alors qu'Eduardo A., devenu abstinent à Washington grâce aux AA, rentre chez lui à Guayaquil et s'entend avec un prêtre de l'endroit pour la tenue de réunions dans son église. À l'automne 1971, le groupe de Guayaquil aide Paulina M., devenue sobre à Coral Gables, en Floride, et Javier J., homme d'affaires de Lima, au Pérou, à lancer le premier groupe connu dans la capitale, Quito.
La nouvelle composition du Conseil
Dans un geste qui montre que le mouvement accepte la pleine responsabilité de la conduite de ses affaires, la Conférence des Services généraux de 1966 recommande et adopte une nouvelle composition pour le Conseil des Services généraux. Par l'ajout graduel d'administrateurs universels pour les États-Unis et le Canada, le conseil est maintenant composé de 14 alcooliques et sept non-alcooliques.
Un bulletin change de nom
Pour sa livraison des Fêtes 1966, l'A.A. Exchange Bulletin (qui porte en sous-titre : Nouvelles et avis du Bureau des Services généraux des AA) devient le Box 4-5-9, d'après la boîte postale du BSG à Grand Central Station, New York. En 1967, le Box deviendra trilingue, avec le lancement d'éditions française et espagnole.
Isolés et groupes au Vietnam
C'est la guerre au Vietnam. En 1966, 10 soldats américains sont répertoriés comme Isolés, au BSG. En 1967, on compte 11 groupes de soldats au Vietnam. En 1971, des groupes de Saigon, Long Binh, Cam Ranh Bay et autres échangent dans le SEA SIDE (SEA : South East Asia), un bulletin lancé par le sergent Andie A. Dans une lettre du front au BSG de New York, le soldat Frank écrit : « Pendant des années, j'ai demandé l'abstinence. Maintenant, je dis la Prière de la sérénité. Dieu vous bénisse. »

1967

Une récompense internationale des franciscains
En avril 1967, les AA reçoivent le Prix international des pères et frères franciscains conventuels. Le Dr John L. Norris, président du Conseil des Services généraux, accepte la plaque et la mention, où on peut lire: « La compréhension bienveillante et l'application patiente de la charité envers ceux qui sont affligés de la maladie de l'alcoolisme a permis le rétablissement de milliers d'alcooliques, autrefois considérés comme des cas désespérés. »
Les écrits de Bill imprimés et reliés
The AA Way of Life, un recueil d'écrits de Bill, paraît en 1967 sous forme de réflexions quotidiennes de réconfort et d'inspiration. En 1971, le titre deviendra As Bill Sees It (Les Réflexions de Bill).
Rencontre sur les ondes
En 1967, Ben L., un International à bord du S.S. Hudson, écrit au Box 4-5-9 au sujet du premier groupe de radioamateurs. « Nous avons environ 10 membres réguliers, dit-il, et c'est comme n'importe quel autre groupe. » Tous les 24 heures, le groupe réunit des membres de partout dans le monde. « Certains soirs, nous ne sommes que quelques-uns, d'autres soirs, tout le monde est là. Des nouveaux se pointent parfois, et c'est excitant d'entendre un nouveau signal. »
En Suisse, le message en trois langues
En 1967 est créé le premier Bureau des Services généraux de Suisse, alors que le Gremium (« comité » en allemand) dessert les AA germanophones. Toutefois, le premier groupe connu du pays était francophone. Il a vu le jour en 1956 lorsqu'un alcoolique de Genève a appris l'existence des AA lors d'une conférence. Il s'est procuré des publications des AA et a organisé une réunion avec des amis. En 1963 est né le premier groupe germanophone connu en Suisse, à Lucerne. Le premier groupe italophone connu sera fondé en 1974 dans le Tessin. En 1979, un autre BSG desservant la Suisse romande et italienne ouvrira ses portes à Genève.

1968

Premier sondage triennal aux États-Unis et au Canada
Au 28e Congrès international sur l'alcool et l'alcoolisme, tenu à Washington à la fin de l'été 1968, le président du Conseil, le Dr John L. Norris, rend compte des résultats du premier sondage auprès des membres de tous les États et provinces. Soixante pour cent des 11 355 hommes et femmes qui ont répondu dans 466 réunions en 1968 disent ne pas avoir pris un verre depuis un an ou plus. Selon le sondage, qu'on répétera tous les trois ans, 41 pour cent des membres disent ne pas avoir bu d'alcool depuis leur première réunion AA.

1969

La première Réunion mondiale du service
Pour la première fois, du 8 au 11 octobre 1969, des représentants de pays où les AA ont un BSG ou un centre de publications se réunissent à New York pour échanger sur les structures, les services aux groupes, les publications et les finances. Y assistent Bill W., le président John L. Norris, le directeur du BSG de New York, Bob H., et des délégués d'Afrique du Sud, d'Allemagne, d'Australie, de Belgique, du Canada, des États-Unis, de Finlande, de France, de Hollande, du Mexique, de Norvège, de Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni.
Première réunion ouverte de Hongrie
Midge M., du BSG de New York, assiste à Budapest, en juin 1969, à une conférence de l'Institut international sur la prévention et le traitement de l'alcoolisme. Elle organise aussi la première réunion ouverte des AA en Hongrie. Peter B. (Pays-Bas), Inge L. (Allemagne de l'Ouest), Richard P. (Irlande) et Cecily C. (États-Unis) parlent à un groupe d'alcooliques hongrois. Archer Tongue, directeur de l'Institut, traduit. Un petit groupe sera formé à Budapest en 1972, mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour que les AA soient fermement implantés en Hongrie.
Croissance des groupes hispanophones
En 1969, 1 500 groupes hispanophones sont répertoriés au BSG de New York.

1970

Des groupes dans les hôpitaux et prisons du monde
À la Réunion de service mondiale de 1970, le BSG rapporte 54 031 « membres en institution » dans le monde : 20 160 membres dans les hôpitaux (742 groupes) et 33 871 membres dans les prisons (895 groupes).
L'unité à Miami
Miami accueille le cinquième Congrès international en juillet 1970, dont le point saillant est la Déclaration d'unité: « Pour l'avenir des AA, nous devons privilégier notre bien-être commun et préserver l'unité de l'association, car de cette unité dépendent nos vies et celles des membres à venir. » Le congrès reçoit 11 000 participants de 50 États et 27 pays. Selon le Box 4-5-9, c'est « la plus grande assemblée d'alcooliques que le monde ait vue… et tous sobres ! » Ce sera la dernière apparition publique de Bill W. à un rassemblement des AA.
Nouvelle demeure pour le BSG à New York
En avril 1970, le BSG loue pour 11 ans de nouveaux quartiers au 468 Park Avenue South, à New York, où il occupe tout le sixième étage. Par le fait même, le bureau s'agrandit, tout en économisant.

1971

Des Isolés se réunissent en Malaisie
En février 1971, Enos C., un Isolé qui travaille à Kuala Lumpur, met une annonce dans The Malay Mail, à la recherche d'autres Isolés désirant tenir des réunions. Six semaines plus tard, Enos rapporte au BSG de New York qu'avec l'addition de deux membres canadiens à Kuala Lumpur, le jeune groupe Pertama en compte déjà cinq. À la fin de la décennie, quatre autres groupes auront vu le jour à Sarawak et dans d'autres villes malaisiennes.
La mort de Bill W.
Le 24 janvier 1971, à l'âge de 75 ans, Bill s'éteint au Miami Heart Institute, à Miami Beach, en Floride. Le 14 février, les groupes du monde entier tiendront des réunions commémoratives pour honorer l'œuvre du cofondateur des Alcooliques anonymes, auteur du Gros Livre, entre autres, et grand architecte et artisan des principes du mouvement.

1972

L'Italie à bord
On croit que les AA en Italie ont débuté en 1972. Un petit groupe d'Américains se réunissant à Rome accueille alors Giovanni et Ermanno. Ceux-ci, aidés de quelques-uns des Américains, se joignent bientôt à Carol C. pour former le premier groupe connu de langue italienne. Deux ans plus tard, un groupe est fondé à Florence, et Milan suit en 1976. En 1978, des représentants de divers groupes se rencontrent pour entreprendre des démarches et demander au BSG de New York de parrainer la publication de "Il Grande Libro" (le Gros Livre), que l'on traduit déjà en Italien. La démarche réussit et "Alcolisti Anonimi" (à droite) paraît en 1980.

1973

Un million de Big Book
Le millionnième exemplaire de "Alcoholics Anonymous", le Gros Livre des AA, a été remis au Président Richard Nixon lors d'une cérémonie à la Maison Blanche.
Premières réunions connues à Bangkok
À Bangkok, en 1971, deux Américains d'origine irlandaise - Jim L., homme d'affaires sobre depuis trois ans, et Evelyn K., mariée à un ingénieur civil sous contrat à Bangkok - font équipe pour fonder un groupe. L'année suivante, un prêtre rédemptoriste se joint à eux. En 1973, le groupe quitte l'appartement d'Evelyn et s'installe au presbytère du saint Sauveur, où il accueille Joanne, mariée à un fonctionnaire de l'ambassade américaine, et George, un soldat américain né en Allemagne. La stabilisation du groupe de Bangkok encourage la naissance de groupes AA à Ubon et ailleurs en Thaïlande.
Lois fait le tour du monde
Après la mort de Bill, Lois W. entreprend un voyage de neuf semaines autour du monde, rappelant celui de 1950 en Europe. Elle est accompagnée par Evelyn C., une bénévole de la première heure au Bureau central d'Al-Anon, puis cadre au Bureau des Services mondiaux d'Al-Anon. Elles rencontrent des membres AA et Al-Anon en Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande, à Hong Kong, Tokyo et Honolulu. (Ci-contre, la Prière de la sérénité en japonais, un cadeau offert plus tard à Lois.) Dans Lois se souvient, elle dira: « Voir et ressentir le dévouement affectueux et l'unité des membres AA et Al-Anon du monde entier, cela a beaucoup contribué à submerger dans une mer de gratitude mon sentiment de perte personnelle. »
« Nous en sommes venus à croire »
En 1973, les AA publient Came to Believe, une plaquette de 120 pages qui réunit des récits de membres racontant dans leurs mots l'importance qu'a pour eux l'expression « réveil spirituel ». L'un d'eux écrit: « J'ai commencé à voir émerger un autre aspect de moi, reconnaissant, sans attente, mais sûr qu'une autre puissance commençait à me guider, me conseiller, me diriger. »
Intergroupes au pays de Galles
Le premier groupe connu du pays de Galles a été fondé en 1963. Jusque-là, la plupart des alcooliques qui voulaient assister à des réunions AA devaient se rendre en Angleterre. Dix ans plus tard est fondé le Welsh Border Intergroup reliant des groupes des deux côtés de la frontière (ci-contre, les villes où il y des groupes). Dans le sud du pays de Galles, un autre intergroupe, le Cymraig Intergroup, réunit des groupes de Cardiff, Swansea, Llanelli et Newport.

1974

Débuts en Pologne
Des alcooliques voient des médecins et thérapeutes depuis le milieu des années 1960 à Pozna. En 1974, ils décident de se réunir seuls et de suivre les principes AA. (Des réunions antérieures avaient été organisées par la thérapeute Maria Grabowska, qui a tenté de publier les Douze Étapes et les Douze Traditions dans les journaux, mais s'est butée à la censure.) Mené par Rajmund F., un Polonais sobre depuis 1973 qui parlait suffisamment bien l'anglais et l'allemand pour traduire des écrits AA, le groupe prend le nom d'Eleusis, d'après l'ancienne ville grecque considérée comme un sanctuaire par les empereurs romains. La croissance s'accélère et on comptera, en juin 1985, près de 100 groupes dans tout le pays. Ci-dessus, une assiette décorative remise au BSG de New York par des membres polonais reconnaissants.
Un vote en Uruguay
Pablo L., acteur, entre en désintoxication à la Clinica del Prado, à Montevideo, en 1966. Il reçoit un exemplaire du Gros Livre et se met en quête d'un groupe AA. Le plus près se trouve à Buenos Aires, où il fait un long séjour pour fréquenter les AA. De retour chez lui, Pablo porte le message dans les hôpitaux, puis fonde ADEA (Amigos del Enfermo Alcoholico - les amis du patient alcoolique), où les alcooliques et leurs proches livrent leurs expériences. Certains aspects du programme AA sont retenus, mais d'autres, tel l'anonymat, sont rejetés. Quand les AA d'Argentine pressent ADEA de suivre toutes les Traditions AA et d'adopter le nom des Alcooliques anonymes, la question est soumise au vote et les oui l'emportent. La première réunion connue des AA d'Uruguay a lieu le 18 mars 1974 à Montevideo.

1975

Des délégués déferlent sur Denver
« Que cela commence par moi », tel est le thème du congrès international du 40e anniversaire des AA à Denver, au Colorado en 1975. Quelque 19 500 personnes se déversent dans la ville, et le comité hôte enregistre 400 arrivées à l'heure. À l'ouverture officielle, une réplique géante du Gros Livre domine l'estrade. Avec ses 8,5 mètres de haut, elle donne tout son sens au mot « gros ».
Publication de Living Sober
En 1975, les A.A. publient Living Sober, un livre où les membres décrivent des moyens de vivre sans alcool. Le contenu du livre est une compilation de correspondance et de partages d'expérience de groupes et d'individus du début des années 1970. Ce livre a été un ajout très populaire aux publications des A.A.
Nouveau départ au Portugal
Il y a eu des réunions en anglais au Portugal dès 1956, à Lisbonne, et 1959, à la base de Lajes, dans les Açores. Mais les AA prennent racine dans le pays en 1975 quand Ed A., un Américain qui s'est rétabli aux États-Unis, commence à répandre le message dans les hôpitaux. Cela entraîne la création de groupes lusophones à Lisbonne et Oporto et en Algarve. L'envoi de publications AA en portugais par les AA du Brésil favorise la croissance et la stabilité des groupes.
Ouverture des Archives au Bureau des Services généraux
En novembre 1975, Lois W. et Tom S. (ancien administrateur qui préside le comité des archives), de Jacksonville, en Floride, inaugurent les Archives AA au BSG de New York. Dans un bref discours, John L. Norris indique que le mouvement doit continuellement se renouveler en retournant aux sources. Il rappelle que Bill disait souvent que le Conseil et le BSG « devraient consigner par écrit tout ce qu'ils font ». L'archiviste est une non-alcoolique, Nell Wing (ci-contre), qui fut longtemps la secrétaire de Bill et qui est « à elle seule une encyclopédie vivante de connaissances sur les AA ».
Les AA à Jérusalem
Aidé de membres AA canadiens qui font partie des troupes de l'ONU au Moyen-Orient, le groupe Shalom voit le jour à Jérusalem en 1975. L'année suivante, Jay S. rapporte au BSG de New York que des réunions AA se tiennent deux fois par semaine à Tel-Aviv et à Jérusalem, en anglais et en hébreu. Le groupe Shalom accueillera aussi un congrès de deux jours pour célébrer le premier anniversaire des AA en Israël. En haut, à droite, des brochures en arabe et en hébreu.

1976

Progrès rapides en Islande
Le groupe Reykjavik est actif en Islande depuis 1954, mais une percée majeure survient au début des années 1970 quand un programme du gouvernement envoie régulièrement des alcooliques se faire aider aux États-Unis. Ils reviennent presque tous impatients de transmettre le message, ce qui amène la publication, en 1976, du Gros Livre en islandais. Il s'ensuit une croissance fulgurante du nombre de membres et un changement de l'opinion publique à l'égard de l'alcoolisme et des centres de traitement.
La JUNAAB au Brésil
Bien qu'on rapporte qu'il se tenait des réunions AA au Brésil dès 1947, le premier Bureau des Services généraux du pays, la Junta Nacional de Alcoólicos Anônimos (JUNAAB), est créée en février 1976.
Troisième édition du Big Book, en 1976
Treize nouveaux récits paraissent dans la troisième édition d'Alcoholics Anonymous. À l'été 1976, plus de 1 450 000 exemplaires des deux premières éditions du Big Book avaient déjà été distribués dans le monde. Une édition en braille et sur bandes audio avaient aussi été publiées.
Un million de membres
À l'ouverture de la 26e Conférence des Services généraux, à New York, en avril 1976, on fait état de nouvelles données concernant le rayonnement international du Mouvement. Il y aurait 28 000 groupes dans 92 pays et le nombre de membres dépasserait 1 000 000.

1977

Le mouvement rajeunit
Un sondage AA de 1977 montre que la part de jeunes membres (moins de 30 ans) aux États-Unis et au Canada, en trois ans, a augmenté de 50 pour cent et représente près de 20 pour cent des membres en Amérique du Nord. Les chiffres sont semblables en Allemagne de l'Ouest, en Argentine, en Colombie, au Salvador, en Finlande, en France, au Mexique, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.
Premières réunions au Cambodge
Après la prise de la capitale Phnom Penh par les Khmers rouges, en 1975, des milliers de Cambodgiens s'entassent dans des camps de réfugiés à la frontière thaïlandaise. Dans l'un d'eux, une travailleuse humanitaire américaine dont le frère est membre AA à New York voit l'alcoolisme affecter beaucoup de réfugiés, ce qui l'incite à faire venir et à traduire des publications des AA. Jusqu'à 60 personnes se réunissent chaque jour selon les principes des AA, mais ces réunions cessent à la fermeture du camp. Quelque 15 ans plus tard, le mouvement réapparaît quand quelques membres créent un groupe à Phnom Penh. AA Australie parraine et aide à la création de groupes en langue khmère.

1978

A.A. Grapevine : une date marquante
Avec le numéro de mars 1978, le tirage de la « réunion par écrit » de l'association atteint 100 000. En juin 1944, la première édition du périodique avait été tirée à 1 200 exemplaires et distribuée à 165 abonnés et autres membres des AA.
Première réunion de zone
Née d'une idée proposée à la Réunion mondiale du service de 1978, la première réunion de service de zone, où des pays échangent leurs expériences, renforcent l'unité et offrent leur aide aux AA là où la structure de service reste à faire, se tient à Bogota, en Colombie, en 1979. Les délégués de 10 pays latino-américains se rencontrent pour ce qu'on appelle la Réunion de service ibéro-américaine, une rencontre bisannuelle qui deviendra la REDELA, la Reunión de Las Américas. Des réunions de zone seront créées en Europe en 1981, en Asie-Océanie en 1995 et en Afrique subsaharienne en 2003.

1979

Le premier film d'information des AA
À l'automne 1979, le premier film d'information publique produit par le mouvement, "Alcoholics Anonymous: An Inside View", est distribué aux entités de services AA des États-Unis et du Canada. Les groupes sont invités à mettre à la disposition des stations de télévision ce panorama de 28 minutes sur la vie sans alcool des AA, qui présente un échantillon de membres au travail, à la maison et dans diverses rencontres AA.
Des groupes pour les sourds
Au printemps 1979, le BSG de New York rapporte sept groupes AA pour personnes sourdes. Est aussi répertorié un groupe international pour les sourds dont les membres échangent par courrier. Selon le Box 4-5-9, le recours à des interprètes non membres, en cas de besoin, « soulève la question de la confidentialité », mais la bonne volonté de tous dissipe habituellement les craintes.

1980

On fête à la Nouvelle-Orléans
À la Nouvelle-Orléans, des accents de jazz accueillent les 25 000 personnes qui se présentent au Superdome, le 3 juillet 1980, pour la première soirée du Congrès international du 45e anniversaire. Le défilé des nations, où des membres AA du monde entier portent leur drapeau national, prélude à deux jours d'ateliers, à un alkathon (réunion continue) de trois jours à l'hôtel Marriott et à l'apparition, à la réunion spirituelle du dimanche matin, de Lois W. et de « Smitty », le fils du défunt Dr Bob.
Biographie du Dr Bob
La biographie du cofondateur des AA intitulée "Dr Bob and the Good Oldtimers" paraît à temps pour le Congrès international de la Nouvelle-Orléans. Ces 382 pages entremèlent la vie du Dr Bob et les souvenirs des débuts exhaltants et tumultueux des AA à Akron et dans le MidWest.

1983

Événements déterminants à Malte
À Malte, en 1983, les premières traductions d'ouvrages AA sont approuvées, et un membre maltais de naissance assiste pour la première fois à la Réunion de service européenne bisannuelle. Dix-sept ans auparavant, en 1966, un vétérinaire irlandais de la banlieue de La Valette avait rapporté au BSG de New York le Malta Group, d'abord anglophone, puis devenu groupe international. En 1981, les membres maltais du groupe fondent un groupe maltais à Floriana, en banlieue de La Valette. Une autre étape est franchie l'année suivante quand une Maltaise assiste aux réunions, aidant ainsi les AA de Malte à rejoindre les femmes aux prises avec un problème d'alcool. Deux autres jalons importants seront posés en 1986 avec l'ouverture du Comité des Services généraux et la fondation d'un groupe à Gozo, l'île sœur de Malte.

1984

La Direction des services aux hispanophones
C'est en 1984 qu'un membre du personnel à temps plein hispanophone est créé au BSG. Ce membre du personnel assigné aux hispanophones verra à toute la correspondance en espagnol, à la traduction des brochures et bulletins, aux nouveaux outils de service et autres tâches au besoin. Le dessin ci-contre représente Berny, un membre des AA du Costa Rica. On y lit : « Allô ! Je me nomme le Joyeux Tico [Costaricain] [et] je suis alcoolique. »
La biographie de Bill W.
En 1984, après cinq ans de préparation, AA World Services publie « Pass It On : The Story of Bill W. and How the AA Message Reached the World ». Les 25 chapitres de l'ouvrage racontent « l'histoire dramatique de la fondation des Alcooliques anonymes, leurs débuts difficiles et leur incroyable croissance ». L'une des photos du livre (à droite) montre un article de journal décrivant une réunion du Groupe Oxford à Akron.