1955

Les AA en Argentine
Au début des années 1950, Hector G., de Buenos Aires, est délivré de l'alcoolisme après avoir lu Alcoholics Anonymous et demandé l'aide d'un médecin. Il écrit à la Fondation alcoolique, qui lui envoie des publications AA en espagnol, et lui demande s'il accepte de servir de contact pour de futurs candidats. Hector fonde le premier groupe connu d'Argentine et rapporte, en 1955, que ses membres savourent leur abstinence toute neuve.
Se joignent au mouvement…
Le congrès de Saint-Louis, en 1955, confirme la maturité du mouvement, alors que Bill W. remet aux membres la responsabilité du Triple Legs du rétablissement, de l'unité et du service. Ce congrès annonce une décennie de changements, une décennie qui voit la consolidation des groupes familiaux sous le nom d'Al-Anon. Cette association distincte a, comme les Alcooliques anonymes, gagné presque toutes les parties du monde.
Un bulletin pour les Isolés
Des centaines d'Isolés (membres répertoriés auprès des AA sans appartenir à un groupe) reçoivent du BSG le bulletin mensuel, "Twelfth Stepper", qui publie des témoignages personnels d'Isolés du monde entier et déclare vouloir permettre à ces membres de « partager les uns avec les autres l'amour et la gratitude, la force et la foi des AA ». Un autre bulletin, "The Internationalists Round Robin", était né en 1949 des efforts du capitaine Jack S., un marin devenu abstinent grâce au mouvement et demeuré sobre en correspondant avec des groupes qu'il avait aidés à démarrer à travers le monde.
M. Eddie du Salvador
Edward F., qui a transmis le message à plusieurs alcooliques de Boston et de San Francisco, s'installe à San Salvador avec sa femme salvadorienne. Il a du mal à susciter l'intérêt pour le mouvement, mais une amie de sa femme lui présente son oncle alcoolique, Don A., et les deux hommes forment un groupe qui se réunit chez Atilio, un riche alcoolique. Le nombre de membres augmente, et le groupe déménage à l'école de flamenco Garcia. « M. Eddie », comme on l'appelle, aidera à créer des groupes dans d'autres pays d'Amérique centrale.
Premières réunions à Madrid
Une certaine Mme Garcia de New York informe le BSG de New York que le Dr E. Pelaz, psychiatre à Madrid, souhaite lancer un groupe des AA. Le BSG envoie des brochures et le nom de son contact américain Ray C. Ray et un confrère alcoolique, Dan C., commencent leurs réunions en anglais en juin 1955. Six mois plus tard, le nombre de membres a quadruplé, et un groupe hispano-américain se réunit au sanatorium du Dr Pelaz. Bientôt, les Espagnols forment un groupe distinct, qui attire rapidement de nouveaux membres et encourage la formation de groupes AA dans tout le pays.
Un congrès international historique
En juillet 1955, quelque 5 000 personnes assistent au second Congrès international, à Saint-Louis. L'événement est reconnu par le président Dwight D. Eisenhower, qui envoie un télégramme de félicitations (à droite). Parmi les faits saillants de ce 20e anniversaire, on note la communication de Bill sur l'historique du Mouvement et l'importance de le comprendre. On lance la seconde édition du Big Book, et le mouvement Al-Anon, qui a quatre ans, participe à cinq ateliers.
La deuxième édition du Big Book, 1955
La deuxième édition d'Alcoholics Anonymous reflète la diversité croissante des membres. Les chapitres sur les principes AA restent inchangés et huit des histoires des premiers membres cherchant à se rétablir sont retenues dans la section intitulée « Les pionniers ». Deux sections, « Ils ont arrêté à temps » et « Ils ont presque tout perdu », regroupent 24 nouvelles histoires. On trouve aussi les Douze Traditions.
Bill W. passe le flambeau en juillet 1955
Le congrès de Saint-Louis connaît son point culminant quand Bill remet officiellement aux membres la direction du mouvement. Une clameur accueille sa résolution: « Qu'il soit donc résolu que la Conférence des Services généraux... devienne, à partir de ce jour... la gardienne des Traditions des Alcooliques anonymes, la continuatrice des services mondiaux de notre société, la voix de la conscience de groupe de notre association tout entière et le seul successeur de ses cofondateurs, le docteur Bob et Bill. »
Le Troisième Legs
Au congrès de Saint-Louis, Bill parle du Troisième Legs de l'association, soit le Service. Selon lui, « un service AA est tout ce qui nous aide à rejoindre un semblable qui souffre… de la Douzième Étape elle-même à l'appel téléphonique à dix cents pour un café jusqu'au Bureau des Services généraux pour l'action nationale et internationale ». Cinquante mille brochures du Troisième Legs (à droite), aujourd'hui, "Le Manuel du Service chez les AA", seront imprimées et distribuées aux groupes AA.

1956

Au tour du Venezuela
Quelques Américains qui tiennent des réunions AA à Caracas publient une petite annonce dans un journal anglophone local. Elle attire l'attention d'un certain Christiaan V., qui a déjà tenté de lancer un groupe hispanophone. Avec l'aide des Américains, Christiaan porte le message à Luis et à Clyde, et les trois hommes deviennent le premier maillon d'une chaîne de groupes qui couvrira tout le Venezuela.
Le premier conseil des Services généraux d'outre-mer
La croissance rapide des AA en Grande-Bretagne et en Irlande rend nécessaire un conseil des Services généraux distinct. Prenant conseil auprès du BSG de New York, des représentants de l'Angleterre, du pays de Galles, de l'Écosse et de l'Irlande décident à Londres, le 28 octobre 1956, de créer un conseil d'administration sur le modèle américain, le General Service Board of Alcoholics Anonymous in Great Britain & Ireland, Ltd. Le premier conseil des Services généraux hors des États-Unis, commencera ses activités en 1957 au Fruit Exchange (à droite) de Londres.

1957

Des groupes dans les hôpitaux Nord-américains
Début 1957, le Bureau des Services généraux de New York est en contact avec plus de 230 groupes dans des hôpitaux des États-Unis et du Canada. C'est un héritage des premiers groupes AA formés deux décennies auparavant à l'hôpital Saint-Thomas d'Akron et dans les hôpitaux Towns et Knickerbocker de New York.
En Inde, plus jamais isolés
En janvier 1957, Charley M., membre AA à l'emploi de l'Office national du film du Canada, contacte Sylvia M. et Supatti M., deux Isolés de New Delhi répertoriés au BSG de New York. (Charley avait exprimé son désir de demeurer actif pendant son séjour d'affaires de 36 mois en Asie.) Les trois publient une annonce dans des journaux locaux et obtiennent sept réponses d'alcooliques. Parmi eux, Mahindar S.G. est aussi un membre déjà répertorié au BSG. En mai, les réunions de New Delhi attirent huit à 12 personnes; à la fin de l'année, des groupes sont actifs à Calcutta et à Bombay. À droite une carte de Noël du groupe de Bombay à Bill et Lois, en décembre 1961.
Des lettres de Grèce
Un pilote américain membre AA rapporte au BSG de New York qu'il a offert un exemplaire du livre Les Douze Étapes et les Douze Traditions au révérend Charles Hanna, pasteur de l'Église américaine d'Athènes. Le révérend Hanna commence à correspondre avec le BSG au début de 1957. Grâce à lui, trois Isolés américains d'Athènes, Frank O. et les militaires Gus et Cal, tiennent la première réunion AA de Grèce dans le port du Pirée, à Athènes.
Un livre qui fait date
Dans le livre Alcoholics Anonymous Comes of Age, publié le 1er octobre 1957, Bill raconte l'histoire du mouvement selon sa propre perspective, et passe en revue le déroulement du congrès de Saint-Louis. Une section décrit les Trois Legs, et l'on trouve aussi des exposés d'amis du mouvement, religieux et médecins.
La naissance d'Alateen
On se préoccupe de plus en plus des problèmes des enfants d'alcooliques, sujet d'une séance spéciale au congrès de Saint-Louis. L'intérêt augmente alors que des lettres d'adolescents (dont certains ont créé des groupes) commencent à arriver au bureau d'Al-Anon. Il en résulte, en 1957, la fondation d'Alateen par Al-Anon et la publication de Youth and the Alcoholic Parent (à droite).

1958

Première Conférence internationale des jeunes chez les AA
Fin avril 1958, la première conférence destinée aux membres AA plus jeunes (alors compris comme ayant moins de 40 ans) a lieu à Niagara Falls, dans l'État de New York. Le 'A.A. Exchange Bulletin' (l'ancêtre du Box 4-5-9) rapporte que l'objectif de l'International Conference of Young People in AA (ICYPAA) est de « fournir aux délégués un résumé détaillé de la façon dont notre programme AA s'applique aux difficultés personnelles qu'éprouvent les jeunes non seulement face à l'alcoolisme, mais aussi face à d'autres problèmes propres à leur génération ». L'ICYPAA se réunit annuellement.
On s'inscrit à Singapour
Dick D., qui correspond régulièrement avec le BSG de New York, écrit en mars 1958 que le groupe de Singapour, lancé en 1957, compte maintenant 12 membres et deux candidats prometteurs.
L'alcoolisme adapté au cinéma et à la télévision
Sur demande, le mouvement AA joue un rôle conseil dans l'adaptation pour la télévision ou le cinéma de dramatiques sur l'alcoolisme. Dans un cas en particulier, le personnel du BSG de New York travaillent en étroite collaboration avec le scénariste J.P. Miller à la préparation, en 1958, de l'émission "Days of Wine and Roses", une production "Playhouse 90". Racontant la vie d'un couple d'alcooliques qui demandent l'aide du mouvement, l'émission rejoindra un auditoire international quand elle sortira en film en 1962.
L'état de la structure
Grapevine publie, dans son numéro de janvier 1958, un diagramme des services AA et de la structure de la Conférence. La case du haut souligne que « plus de 7 000 groupes, dont 500 dans les hôpitaux, les prisons et autres institutions, et 760 à l'étranger, sont inscrits au siège des Services généraux ».
Un groupe en prison aux antipodes
Les groupes se répandent dans les prisons des États-Unis depuis 1942 et ont commencé au Canada, en Irlande et en Finlande. En 1958, le premier groupe connu « derrière les murs » est créé en Australie, le groupe Magpie de la prison de Fremantle (à droite), en Australie-Occidentale.

1959

L'ouest et l'est de l'Autriche
En 1959, deux membres de Reichenall, en Allemagne, portent le message au-delà de la frontière autrichienne, à Salzbourg. Avec leur premier contact, un médecin d'un centre local des maladies nerveuses, ils aident quelques alcooliques à former un groupe. À l'est, à Vienne, deux femmes alcooliques traitées par un psychiatre, le Dr Rotter, entendent parler des AA et fondent leur propre groupe. Avec un homme de Linz, elles tiennent des réunions dans des maisons privées. Chacun de leur côté, les deux groupes prennent conseil auprès de groupes allemands et reçoivent des publications AA en langue allemande. Ci-contre, un lieu de réunion actuel à Vienne.
En Colombie, un effort de sept ans
Après des années d'efforts infructueux, un groupe AA stable voit finalement le jour en Colombie en janvier 1959. Les principaux acteurs, Arturo E., de Medellin, et Alejandro S., de Baranquilla, se sont rencontrés en 1952 alors qu'ils étaient soignés pour alcoolisme dans un centre de Baranquilla. Les deux hommes tentent par deux fois de lancer un groupe (Alejandro, homme d'affaires prospère a connu les principes AA dans un hôpital de Miami), mais seul Arturo demeure sobre et poursuit. Son premier groupe, qui se réunit à Medellin, sème la graine pour ceux qui suivront, à Bogotá et dans d'autres villes colombiennes.

1960

Les premiers groupes francophones de France
Des membres AA américains se réunissent déjà depuis 1949 à Paris, mais le premier groupe francophone connu se forme après la publication dans le journal "France Soir", à l'été 1960, d'une série d'articles sur les Alcooliques anonymes par le journaliste Joseph Kessel. Après avoir écrit au journal, Manuel M. (originaire d'Espagne) reçoit des publications des AA et lance un groupe de quatre : Manuel, François B., Jean M. et Lennard (un Suédois). En 1961, le Groupe Quai d'Orsay sera parrainé par des américains qui ont fondé un groupe des AA à Paris en 1955. D'autres groupes se forment et, au début des années 1970, le Bureau des Services généraux de France ouvrira ses portes rue Trousseau.
Le Guatemala démarre
Le premier groupe connu des AA du Guatemala a commencé à se réunir en janvier 1960, grâce aux efforts de Miguel Angel R. et de Paulino G. La graine avait été semée quatre ans auparavant par Reinaldo G., un ami de Miguel qui s'était joint aux AA à San Francisco avant de rentrer chez lui au Guatemala. Un intergroupe sera ouvert trois ans plus tard.
Le troisième Congrès international
Long Beach, en Californie, accueille les célébrations du 25e anniversaire, en juillet 1960. Aux 8 900 participants se joignent plusieurs pionniers du mouvement, dont Bill et Lois, soeur Ignatia, Marty M., Dr Jack Norris, Clinton Duffy et Dr Harry Tiebout, psychiatre qui a défendu le Mouvement et qui a amené Marty M. aux AA.
Des débuts laborieux au Costa Rica
Bien que le Comité sur l'alcoolisme du gouvernement costaricien, créé en 1954, ait connu quelques succès auprès des alcooliques, le seul lien avec les AA est une lecture superficielle des Douze Étapes lors de réunions. Après des débuts chancelants en 1958, le Grupo Tradicionalista No 1, lancé par quelques patients du Comité, se stabilise en 1959. À l'été 1963, huit groupes tiendront des réunions dans tout le pays, et un bureau des Services généraux sera ouvert à San José.

1961

Bill écrit à Carl Jung
Bill écrit au Dr Carl Jung, le psychanalyste suisse-allemand, et exprime sa reconnaissance pour le message transmis autrefois par Jung à son patient Rowland G., qui allait emmener Ebby T. au Groupe d'Oxford: « Vous avez indiqué franchement à [Rowland] que tout autre traitement médical ou psychiatrique était inutile. [Vous lui avez aussi mentionné la possibilité] d'un réveil spirituel ou d'une expérience religieuse, bref une authentique conversion. » Selon Bill, ces déclarations sont « hors de tout doute la première pierre de l'édification [du mouvement AA] ». Jung répond par une lettre courtoise (ci-contre) et confirme que l'antidote le plus approprié à l'alcoolisme est la spiritualité, ce qui ressort des Douze Étapes.
Plus d'un demi-million de Big Books
En 1961, plus de 500 000 exemplaires d'Alcoholics Anonymous ont été vendus, sans compter les éditions espagnole, française et allemande.

1962

Publication de
En 1962, la Conférence des Services généraux accepte le manuscrit longtemps attendu de "Twelve Concepts for World Service". En introduction, Bill écrit qu'il s'agit de « consigner le pourquoi de notre structure de service de manière à ce que ne soient jamais oubliées ni perdues l'expérience très précieuse du passé et les leçons que nous avons tirées de cette expérience ».
D'île en île dans les Caraïbes
Les groupes AA des Caraïbes, dont ceux des Bahamas et de Trinité-et-Tobago, reçoivent en 1962 l'appui du dévoué Gordon MacD., qui visite les Antilles et rencontre les secrétaires des groupes de la région. Cette « croisade des Caraïbes », lancée par Gordon et d'autres membres en 1959, vise à développer et à renforcer les AA dans les Caraïbes et à faciliter la coopération entre eux et les groupes latino-américains. Parmi les îles à se joindre au mouvement en 1962 se trouvent la Barbade et la Grenade, dans les Petites Antilles.
Le Dr Norris est élu président
Le Dr John L. Norris, directeur médical d'Eastman Kodak et membre non alcoolique du conseil des Alcooliques anonymes depuis 1948, devient président du Conseil des Services généraux. Le « Dr Jack », décrit par Bill comme « un travailleur très altruiste et dévoué », jouera un rôle-clé dans la création des forums territoriaux. Son engagement se poursuivra après son retrait du Conseil en 1975, comme en fait foi son rôle de coprésident du congrès international de Montréal en 1985.
Dans les îles anglaises
L'île de Guernesey monte à bord en 1961 lorsque Pru, membre isolé, organise la tenue de réunions dans le bureau du directeur de l'école catholique de Saint-Joseph, dans le port de Saint-Pierre. Puis le groupe déménage dans un local au-dessus d'un café, et le nombre de membres passe de six à une douzaine. Mais la vraie croissance viendra quand le groupe s'installera à demeure à l'hôpital Princess Elizabeth en 1981. Un groupe débute dans l'île voisine de Jersey en 1962, et de petits congrès conjoints auront lieu pendant quatre ou cinq ans, à Guernesey l'automne et à Jersey au printemps. Le premier groupe de l'île de Man sera créé en 1966.

1963

Deux départs en République dominicaine
Deux groupes AA commencent à se réunir de façon régulière à Saint-Domingue au printemps 1963. Le groupe hispanophone Santa Mercedes passe de deux à 18 membres avant la fin de l'année. Le contact auprès du BSG de New York est Abe F., qui est aussi l'un des deux hommes de l'autre groupe, pour les anglophones. Ce dernier, cependant, ne durera que deux ans.
Des anniversaires dans le nord de l'Europe
La Belgique, qui compte en 1963 18 groupes AA dans huit villes, émet une carte d'invitation (ci-contre) à célébrer son 10e anniversaire. L'Allemagne, avec ses 26 groupes dans 14 villes, souligne aussi son 10e anniversaire.

1964

Des débuts au Sri Lanka
Un membre isolé de l'ancien Ceylan est répertorié au BSG depuis 1959, mais ce n'est qu'en 1964 qu'est créé le premier groupe connu des AA du pays à Colombo, la capitale. C'est aussi là que se forme un second groupe un an plus tard. Le mouvement s'implante rapidement ailleurs au Sri Lanka. En 1976, un groupe de Kotahena, en banlieue de Colombo, soulignera son troisième anniversaire par la publication d'une plaquette (à droite).